Glossaire

Qu'est-ce que le carbon insetting?

🛠️ Cette page est en cours de traduction en Français.
🛠️ Diese Seite wird derzeit ins Deutsche übersetzt.
Résumé
Explorez le monde transformatif de l'« insetting » carbone : une approche stratégique qui permet aux entreprises d'intégrer la durabilité dans leurs opérations et de réduire considérablement leurs émissions.

L'incorporation du carbone est une stratégie utilisée par les entreprises pour réduire leurs émissions et leur empreinte carbone au sein de leur chaîne d'approvisionnement ou de leur industrie. Cette approche consiste à investir dans des solutions basées sur la nature telles que la reforestation, l'agroforesterie, les énergies renouvelables et l'agriculture régénératrice. Ces solutions visent non seulement à séquestrer le carbone, mais aussi à créer des impacts positifs pour les communautés, les paysages et les écosystèmes associés à la chaîne de valeur de l'entreprise.

L'insetting, une option peu connue mais stratégique pour les entreprises afin de réduire leurs émissions dans leur chaîne de valeur (Scope 3), représente un changement fondamental dans la stratégie environnementale d'entreprise. Cela implique de nouer des partenariats ou d'investir dans des activités qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre au sein de la sphère d'influence de l'entreprise. 

Ce mécanisme joue un rôle crucial pour les entreprises visionnaires visant à accélérer l'action climatique, atteindre une neutralité climatique d'ici 2050 et passer à des modèles d'entreprise résilients et régénératifs. En investissant dans des écosystèmes sains à la fois au sein et au-delà de leurs opérations, les entreprises peuvent harmoniser leurs activités avec les écosystèmes sur lesquels elles comptent, favorisant la décarbonation et soutenant les fournisseurs et les tiers dans une portée de responsabilité plus large.

Qu'est-ce que l'insetting ?

L'insetting carbone est une stratégie utilisée par les entreprises pour réduire leurs émissions et leur empreinte carbone au sein de leur chaîne d'approvisionnement ou de leur industrie. Cette approche consiste à investir dans des solutions fondées sur la nature telles que la reforestation, l'agroforesterie, l'énergie renouvelable et l'agriculture régénératrice. Ces solutions visent non seulement à séquestrer le carbone, mais également à créer des impacts positifs pour les communautés, les paysages et les écosystèmes associés à la chaîne de valeur de l'entreprise.

En termes plus larges, le terme « carbon insetting » se réfère aux actions entreprises par une organisation au sein de sa chaîne de valeur pour atténuer le changement climatique. Plus précisément, cela implique la réduction intentionnelle des émissions de Scope 3, qui représentent les émissions indirectes survenant dans la chaîne de valeur d'une entreprise, incluant les activités en amont et en aval, et comptabilisant pour 90 % de l'empreinte carbone d'une entreprise. Cette méthode de réduction est perçue comme une approche innovante de réduction de l'empreinte carbone, aidant les entreprises à atteindre leurs objectifs de durabilité. 

En résumé, le carbon insetting est une approche intégrée et complète employée par les entreprises pour réduire leur impact environnemental, en se concentrant sur des pratiques et des projets durables au sein de leurs propres opérations et chaînes d'approvisionnement, contribuant ainsi à l'objectif plus large d'atténuation du changement climatique.

Pour approfondir notre compréhension de l'insetting carbone, explorons les termes connexes qui illustrent différents aspects de ce concept :

  • Projets de carbon insetting : Ce sont des initiatives mises en œuvre au sein de la chaîne de valeur d'une entreprise qui visent à la fois à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et à améliorer le stockage du carbone. Ces projets ont non seulement un impact bénéfique sur la réduction des émissions, mais influent également de manière positive sur les communautés locales, les paysages naturels et les écosystèmes.
  • Interventions d'insetting : Celles-ci impliquent généralement l'adoption de pratiques liées à l'agriculture régénérative et à l'agroforesterie. Ces approches sont mises en œuvre tant au niveau de la ferme individuelle qu'au sein de contextes communautaires locaux plus larges. Leur objectif principal est de restaurer les puits de carbone naturels en préservant et en réhabilitant les environnements environnants, qui comprennent les forêts, les zones humides ainsi que divers écosystèmes côtiers et marins. En adoptant ces méthodes, les entreprises ne se contentent pas de progresser vers la réalisation de leurs objectifs de durabilité, mais elles renforcent également leur résilience face aux défis climatiques, stabilisent leurs chaînes d'approvisionnement, préparent leurs opérations pour les demandes futures et améliorent la qualité de leurs matières premières.

Quelle est la différence entre la compensation carbone et le carbon insetting ?

L'insetting carbone s'est développé en réponse aux limites et aux critiques de l'approche traditionnelle de la compensation des émissions, connue sous le nom de compensation carbone. Au fil des années, la compensation, qui implique de compenser les émissions par des investissements dans des projets externes tels que l'énergie renouvelable ou la conservation des forêts, a été examinée de près. Les critiques soutiennent qu'elle permet aux entreprises de se dédouaner de leur responsabilité directe de réduire les émissions, sans apporter de changements substantiels à leurs opérations. Bien que l'insetting et la compensation carbone visent tous deux à réduire les émissions de carbone, leur approche et leur impact diffèrent considérablement.

Comprenez les différences entre la compensation et l'insetting. Crédit : Plan A
Comprenez les différences entre la compensation et l'insetting.
Crédit : Plan A

La compensation carbone est une stratégie dans laquelle les entreprises cherchent à compenser leurs émissions en investissant dans des projets externes qui réduisent le dioxyde de carbone ailleurs. Cette approche implique généralement des projets gérés par des tiers, où les entreprises achètent des crédits carbone provenant d'initiatives telles que la production d'énergie renouvelable ou la conservation des forêts. La compensation est un processus transactionnel, externe aux opérations de l'entreprise, principalement destiné à atteindre la neutralité carbone ou à compenser les émissions actuellement inévitables.

L'insetting carbone, en revanche, représente une approche plus intégrée et holistique. Il s'agit de l'investissement direct d'une entreprise dans sa chaîne de valeur afin de réduire les émissions et de stocker le carbone. Cette stratégie se concentre sur les opérations internes et la chaîne d'approvisionnement de l'entreprise, englobant des pratiques durables directement liées aux activités de l'entreprise. L'insetting implique souvent des pratiques telles que l'agriculture régénérative, l'agroforesterie ou l'amélioration de la santé des sols. Contrairement à la compensation, qui bénéficie à des projets externes, l'insetting améliore la durabilité globale d'une entreprise, renforce la résilience de la chaîne d'approvisionnement et crée des impacts positifs sur les écosystèmes et les communautés au sein de son sphère d'influence.

La principale différence entre ces deux approches réside dans leur champ d'impact et la nature des interventions. Alors que les activités de compensation sont externes à la chaîne de valeur d'une entreprise, souvent considérées comme des solutions à court terme ou complémentaires aux réductions directes d'émissions, l'insetting propose une approche intégrée sur le long terme, axée sur la durabilité et ayant un impact direct sur les opérations et pratiques commerciales. 

Pour les entreprises qui élaborent des stratégies pour atténuer leur impact environnemental, il est essentiel de comprendre ces différences. Chaque stratégie a son rôle dans le contexte plus large de la durabilité environnementale, mais l'insetting offre une méthode plus complète et durable pour aborder directement l'empreinte carbone de l'entreprise, jouant ainsi un rôle crucial dans la responsabilité environnementale corporate.

Comment fonctionne le "carbon insetting" ?

Compréhension de l'insetting. Crédit : International Platform for Insetting
Comprendre l'insetting.
Crédit : International Platform for Insetting

L'objectif de l'insetting est d'éviter, réduire ou séquestrer les émissions de carbone en amont ou en aval. L'insetting carbone, en tant qu'approche pratique au sein d'une entreprise, suit généralement un processus structuré pour garantir que les investissements dans le développement durable sont à la fois efficaces et en adéquation avec les objectifs environnementaux plus larges de l'entreprise. Cela implique d'identifier et d'investir dans des projets qui réduisent directement les émissions au sein des opérations et de la chaîne d'approvisionnement de l'entreprise.

Un processus étape par étape pour la mise en œuvre de l'insetting carbone

1. Étude de portée

Cette première phase est cruciale. Les entreprises doivent identifier les zones clés de leur chaîne d'approvisionnement où l'insetting carbone peut avoir l'impact le plus significatif. Cela implique de comprendre les défis locaux, d'interagir avec les parties prenantes et de déterminer quels projets sont les plus pertinents et bénéfiques pour le contexte local.

2. Étude de faisabilité

Après avoir identifié les domaines potentiels pour l'insetting, les entreprises réalisent une évaluation détaillée pour examiner de plus près les besoins. Cela inclut la consultation des parties prenantes, la sélection de partenaires locaux et la conception collaborative du projet. Cette phase aboutit à un plan de projet complet, assorti de spécifications techniques et d'une prévision budgétaire.

3. Lancement et mise en œuvre du projet

Avec un plan solide établi, l’étape suivante consiste à formaliser les accords et à lancer la mise en œuvre du projet. Selon la nature du projet, qu’il s’agisse d’agroforesterie ou de reforestation, cette phase peut s’étendre sur plusieurs années afin de s'aligner sur les cycles environnementaux et garantir une exécution efficace.

4. Opération, surveillance et certification

La phase finale implique la gestion continue du projet, la surveillance régulière de son avancement et la certification de ses impacts. Cela garantit que le projet offre les avantages prévus tout au long de sa durée de vie, qui peut souvent dépasser une décennie. Les avantages peuvent généralement être observés un ou deux ans après la mise en œuvre. 

Comment l'insetting peut-il être intégré dans une stratégie de décarbonation ?

Pour les entreprises cherchant à réduire de manière exhaustive leur empreinte carbone, l'intégration du carbon insetting dans leur stratégie de décarbonation est essentielle. Le carbon insetting doit être envisagé comme un élément d'un cadre de durabilité plus large, en particulier après les premières réductions des émissions directes. Cela permet de répondre aux émissions indirectes liées aux activités de la chaîne d'approvisionnement, réduisant ainsi efficacement l'empreinte carbone globale.

À quel stade de la stratégie de décarbonation devrait-on mettre en œuvre l'insetting ?

L'insetting est optimal lorsqu'il est mis en œuvre après que l'entreprise a pris des mesures pour réduire ses émissions directes, telles que l'optimisation de l'efficacité énergétique ou la transition vers des sources d'énergie renouvelables. Une fois ces mesures directes établies, l'insetting devient un outil puissant pour relever le défi plus complexe des émissions indirectes dans la chaîne d'approvisionnement. Cela permet aux entreprises d'étendre leurs efforts de durabilité au-delà de leurs opérations immédiates, générant ainsi un impact plus large sur l'environnement et leur secteur d'activité.

Quelle est la valeur de l'insetting ?

  • Décarbonation à long terme : Le carbon insetting soutient les entreprises dans l'atteinte de la décarbonation à long terme, notamment au sein de leurs émissions du Scope 3. En accompagnant leurs fournisseurs dans l'adoption de pratiques durables, les entreprises peuvent réduire de manière significative les émissions associées à la production externalisée, s'attaquant ainsi à un domaine crucial du risque climatique.
  • Renforcer les liens : L'insetting favorise le développement de relations plus profondes avec les tierces parties telles que les fournisseurs, améliorant ainsi la valeur globale des produits. Il facilite la transition vers des modèles d'entreprise résilients et régénérateurs.
  • Multiples impacts positifs : Les entreprises qui s'engagent dans l'insetting peuvent réduire leurs émissions de GES et améliorer la séquestration du carbone. 
  • Approche intégrée : Les projets d'insetting sont développés au sein des écosystèmes liés à la chaîne de valeur de l'organisation, permettant l'intégration de la vision, des valeurs, du système de gestion et des programmes de l'entreprise.
  • Transformation des modèles d'entreprise : Une collaboration étroite avec les fournisseurs pour mettre en œuvre des pratiques à faible émission de carbone et régénératrices au cœur de la chaîne de valeur d'une entreprise favorise une utilisation durable des terres et construit un modèle d'entreprise plus résilient.
  • Atteindre les objectifs : Ces projets ont des impacts positifs de grande envergure, aidant les entreprises à atteindre leurs objectifs en matière de durabilité et à respecter leurs engagements liés au climat, à la nature et aux communautés.
  • Avantage concurrentiel : Une meilleure gestion des terres agricoles et des ressources naturelles améliore la productivité et garantit un approvisionnement plus stable en matières premières, renforçant ainsi la résilience à long terme des chaînes de valeur.
  • Mise à l'échelle des solutions fondées sur la nature : Elle permet aux entreprises d'intégrer les investissements dans la nature dans leurs stratégies et objectifs en matière de durabilité. Des pratiques telles que l'agriculture améliorée, l'agroforesterie, la restauration et la conservation permettent de répondre efficacement aux crises climatiques et environnementales.

L'« insetting » carbone propose une approche globale de la durabilité environnementale, bénéfique pour les entreprises, les communautés et les écosystèmes. Il s'aligne sur les efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique, renforce la résilience de la chaîne d'approvisionnement et encourage une démarche collaborative en matière de durabilité.

Quels sont les défis restants associés à l'insetting ?

Bien que le carbon insetting offre de nombreux avantages, il n'est pas sans défis, lesquels peuvent affecter l'efficacité et la fiabilité de tels projets :

1. Effort et ressources : La mise en œuvre de projets de carbon insetting requiert un effort considérable et des ressources importantes. Cela inclut la configuration initiale, la gestion continue et le suivi régulier de l'impact du projet. Un tel investissement en temps et en ressources peut s'avérer significatif, en particulier pour les petites entreprises.

2. Problématiques de certification : Contrairement aux projets de compensation carbone traditionnels, les projets d'insetting pourraient rencontrer des difficultés à être certifiés de la même manière. Cela soulève des défis en matière de quantification et de vérification de la réduction réelle de carbone atteinte, pouvant affecter la crédibilité de ces projets.

3. Défis de la collaboration : Une mise en œuvre efficace de l'insetting nécessite une collaboration avec différents acteurs, y compris les fournisseurs, les communautés locales et les experts environnementaux. Cette collaboration peut s'avérer chronophage et complexe, en particulier lorsqu'il s'agit d'harmoniser divers intérêts et objectifs.

4. Incertitude réglementaire et normative : Selon un rapport de l'NewClimate Institute et Carbon Market Watch, il existe une préoccupation selon laquelle l'insetting pourrait équivaloir à une compensation des émissions non réglementée. Cela soulève des problèmes liés à l'absence de normes exécutoires et de supervision indépendante, ce qui pourrait entraîner une responsabilisation moindre par rapport aux compensations traditionnelles.

5. Prouver un impact à long terme : Un des défis importants de l'insetting est de prouver que les réductions d'émissions sont permanentes et non comptabilisées en double. Garantir que les avantages climatiques sont maintenus dans le temps et comptabilisés avec précision reste une tâche complexe.

6. Manque de clarté et d'uniformité : Il existe un manque de clarté et d'uniformité dans la manière dont les outils d'insetting sont utilisés et gérés par les entreprises. Cette ambiguïté peut entraîner une application et une efficacité incohérentes des projets d'insetting à travers différentes industries.

En résumé, bien que l'insetting représente une approche prometteuse pour les entreprises afin de réduire leur empreinte carbone, relever ces défis est essentiel pour garantir l'efficacité, la fiabilité et la crédibilité de l'insetting en tant qu'outil d'action climatique en entreprise.

Exemples de projets de carbon insetting

L'« insetting » carbone est mis en œuvre dans divers secteurs industriels, chacun adaptant son approche pour s'aligner sur son contexte opérationnel unique et ses objectifs de durabilité. Cette méthode a été reconnue et incluse dans les orientations climatiques officielles par des institutions majeures telles que le Protocole d'émissions de gaz à effet de serre (GHGp) et l'initiative Science Based Targets (SBTi), légitimant ainsi davantage son rôle dans l'action climatique des entreprises. Les entreprises peuvent également rejoindre la Plateforme internationale pour l'insetting pour explorer des projets et les principes de l'insetting.

Voici quelques exemples généraux :

  • Reforestation and agroforestry: Plantation d'arbres au milieu des cultures pour créer des puits de carbone et améliorer la biodiversité. 
  • Projets d'énergie renouvelable : Investir dans des sources d'énergie renouvelable au sein de la chaîne d'approvisionnement. 
  • Agriculture régénératrice : Mise en œuvre de pratiques agricoles visant à restaurer la santé des sols et à séquestrer le carbone. 
  • Opérations virtuelles pour réduire les émissions liées aux déplacements : Mise en œuvre de solutions technologiques visant à minimiser le besoin de voyager en avion, réduisant ainsi les émissions de carbone liées aux déplacements. 
  • Pratiques d'économie circulaire : Recyclage et réutilisation des matériaux dans le processus de production afin de réduire les déchets et l'empreinte carbone.
  • Pratiques durables de la chaîne d'approvisionnement : Les entreprises adoptent des pratiques durables au sein de leur chaîne d'approvisionnement, telles que la responsabilité dans la sélection des matériaux et la réduction des déchets.

Études de cas sur l'insetting

Ganni, une marque de prêt-à-porter basée au Danemark, a pris des mesures significatives en matière d'insetting carbone. D'ici 2025, ils visent à travailler exclusivement avec des fournisseurs qui n'utilisent pas de chaleur ou d'énergie produites par le charbon. Leur engagement s'étend aux processus circulaires tels que le recyclage des tissus et la réduction des déchets. De plus, Ganni a adopté des technologies pour réduire son empreinte carbone liée aux déplacements. Ils utilisent le logiciel de durabilité Plan A et des applications pour les opérations de vente et de marketing, réduisant ainsi considérablement les déplacements aériens pour leurs équipes commerciales.

Ganni s'efforce d'atteindre sa version la plus responsable avec l'insetting. Crédit : Ganni
Ganni s'efforce de devenir sa version la plus responsable grâce à l'insetting.
Crédit : Ganni

Un autre exemple notable de l'insetting carbone en pratique est le projet entrepris par Nespresso. La compagnie de café a collaboré avec les fédérations nationales de producteurs de café et a lancé un projet d'agroforesterie en Colombie, au Guatemala et en Éthiopie. Visant à combattre les impacts du changement climatique et à renforcer la résilience des communautés locales, le projet a impliqué la plantation d'arbres natifs dans les régions caféières. Cette initiative a amélioré l'approvisionnement en eau, la biodiversité et la santé des sols, améliorant la qualité du café et créant des puits de carbone. En 2019, cela a abouti à la plantation de près de trois millions d'arbres, au bénéfice de 8 000 personnes, et a inclus des formations en gestion des arbres d'ombrage, diversifiant les revenus des producteurs de café et protégeant les écosystèmes locaux.

Ces exemples illustrent la diversité des applications de l'insetting carbone dans différents secteurs. En intégrant des pratiques durables dans leurs opérations et leurs chaînes d'approvisionnement, des entreprises telles que Nespresso et Ganni ne réduisent pas seulement leur empreinte carbone, mais favorisent également une plus grande résilience environnementale et le bien-être des communautés.

Insetting, en bref

L'approche de l'"insetting" se révèle être une méthode transformatrice permettant aux entreprises de s'attaquer directement au changement climatique au sein de leurs chaînes d'approvisionnement. Bien qu'elle offre des avantages importants tels que la décarbonation à long terme, le renforcement des relations dans la chaîne d'approvisionnement et de multiples impacts environnementaux positifs, certains défis demeurent, comme la demande en ressources, la complexité des certifications et les difficultés de collaboration. 

Alors que l'insetting gagne en popularité, les entreprises doivent aborder ces défis de manière réfléchie, en veillant à ce que leurs initiatives contribuent efficacement aux objectifs de développement durable mondiaux. Plan A a fait ses preuves dans la mise en oeuvre de stratégies d'insetting efficaces et la réduction des émissions. Réservez une démonstration dès aujourd'hui.

Lancez votre stratégie de décarbonation

Contactez notre équipe d'experts
Découvrez notre produit