Qu'est-ce que le reporting ESG ?

Reporting ESG: Votre guide complet pour 2024

🛠️ Cette page est en cours de traduction en Français.
🛠️ Diese Seite wird derzeit ins Deutsche übersetzt.
Qu'est-ce que le reporting ESG? Définition, importance, réglementation et cadres de référence.

La demande de transparence des entreprises et de gouvernance éthique n'a jamais été aussi élevée, poussant les rapports ESG au premier plan de toute stratégie commerciale et de l'engagement des parties prenantes. Les rapports ESG se sont transformés en un pilier stratégique essentiel, permettant aux entreprises de démontrer leur engagement envers la durabilité et des opérations éthiques. Alors que nous nous aventurons dans l'année 2024, maîtriser les subtilités des rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est crucial et bénéfique pour toute organisation visionnaire.

Le temps où les entreprises étaient uniquement mesurées par leur succès financier est révolu. Les entreprises sont de plus en plus tenues responsables de leur empreinte environnementale, de leurs contributions sociales et de leurs pratiques de gouvernance. Le reporting ESG offre un cadre structuré aux entreprises pour divulguer leurs efforts et leurs impacts dans ces domaines critiques. Il offre une perspective à travers laquelle la communauté dans son ensemble - investisseurs, clients, employés et régulateurs - peut évaluer et s'engager avec l'engagement d'une entreprise envers la durabilité et les pratiques éthiques.

La signification de la communication ESG s'est amplifiée ces dernières années, dépassant ses origines en tant qu'intérêt de niche pour devenir un pilier des entreprises modernes. Cette transformation a été motivée par une convergence de facteurs : une prise de conscience accrue du public face aux défis mondiaux, des priorités d'investissement en évolution cherchant non seulement des rendements mais aussi de la responsabilité, et un paysage réglementaire qui exige de plus en plus de transparence et de responsabilité. En conséquence, la communication ESG est devenue un enjeu majeur dans les considérations stratégiques des entreprises, influençant la prise de décision et la planification à long terme.

Ce guide complet pour 2024 et au-delà explique ce qu'est la déclaration ESG, en retracant son évolution de facultative à essentielle et en définissant son rôle en tant qu'outil critique pour les entreprises cherchant à mettre en valeur leurs pratiques ESG.

Qu'est-ce que le reporting ESG ?

La communication ESG divulgue les données environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) d'une organisation. La communication ESG permet aux organisations d'exprimer leurs progrès et leurs performances en matière de durabilité environnementale, de responsabilité sociale et de pratiques de gouvernance. Cette approche procédurale englobe de nombreuses initiatives, allant des efforts proactifs de conservation écologique aux programmes d'autonomisation sociale et à la mise en place de systèmes de gouvernance équitables. Ce cadre de communication multifacette permet aux entreprises de communiquer efficacement leur engagement envers des pratiques éthiques et une croissance durable. La communication ESG prend souvent la forme d'un rapport écrit ou numérique. 

  • Promouvoir la transparence : Au cœur de la communication ESG, il s'agit de se dévoiler pour montrer ce que fait une entreprise dans ces domaines critiques. C'est une façon pour les entreprises de mettre leurs opérations sous le microscope et de fournir des informations claires et détaillées sur leurs initiatives ESG. En partageant ces données, les entreprises lèvent le voile sur leurs activités quotidiennes, aidant ainsi tout le monde à comprendre l'impact de leurs activités commerciales.
  • Renforcer la confiance : La transparence engendre la confiance. Lorsque les entreprises sont ouvertes quant à leurs efforts en matière d'ESG, elles gagnent en crédibilité auprès des investisseurs, des clients, des employés et de la communauté. Cette confiance est un actif tangible qui peut influencer la réputation, la position sur le marché et les performances financières d'une entreprise. En rendant régulièrement compte des facteurs ESG, les entreprises démontrent leur engagement à faire ce qui est juste et renforcent leurs relations avec l'ensemble de leurs parties prenantes. 
  • Découvrir les opportunités d'amélioration : La communication sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est un outil permettant d'identifier les domaines dans lesquels une entreprise peut s'améliorer. Grâce à des évaluations ESG détaillées, les entreprises peuvent repérer les domaines où elles doivent rattraper leur retard et élaborer des plans d'amélioration. Dans cette optique, l'utilisation d'un logiciel de communication sur les critères ESG constitue un excellent point de départ stratégique pour rationaliser la collecte de données et identifier efficacement les domaines d'amélioration. Cela permet aux entreprises de corriger leurs faiblesses en matière d'ESG et de saisir les opportunités d'innovation, de croissance et de leadership en matière de durabilité.

Le reporting ESG est un outil de communication vital pour les entreprises et est essentiel pour s'aligner sur les valeurs sociétales contemporaines. Il est crucial de construire des relations plus solides et plus fiables avec les parties prenantes. En même temps, cela pousse continuellement les entreprises à viser une performance améliorée et une plus grande responsabilité.

Les composantes essentielles de la communication ESG

Au cœur du reporting ESG se trouvent trois piliers fondamentaux : Environnement, Social et Gouvernance. 

L'aspect environnemental se concentre sur l'impact d'une entreprise sur le monde naturel, englobant tout, des émissions de carbone à la gestion des déchets et à la préservation de la biodiversité. Les critères sociaux examinent la manière dont une entreprise interagit avec les personnes et les cultures, y compris les pratiques de travail, l'engagement communautaire et les droits de l'homme. La gouvernance concerne le système interne de pratiques, de contrôles et de procédures qu'une entreprise adopte pour se gouverner elle-même, prendre des décisions efficaces, gérer les risques et répondre aux besoins des parties prenantes externes.

Environnement : Gestion de la nature 

Le 'E' dans ESG représente comment une entreprise est un gardien de l'environnement, en abordant ses impacts opérationnels et en gérant les risques environnementaux tout au long de sa chaîne d'approvisionnement. Les domaines clés d'attention comprennent :

  • Changement climatique : Répondre au défi essentiel de réduire les émissions de GES pour atténuer efficacement le changement climatique.
  • Réduction de la pollution et des déchets : Mise en œuvre de stratégies visant à minimiser la pollution et les déchets, en mettant l'accent sur l'engagement en faveur de la durabilité écologique.
  • Gestion des ressources : Garantir l'utilisation judicieuse des ressources naturelles, en abordant les préoccupations liées à la rareté et à la durabilité des chaînes d'approvisionnement.
  • Biodiversité et conservation : Priorité à la préservation des habitats naturels et des espèces, témoignant d'un engagement plus large envers la gestion de l'environnement.
  • Bien-être animal : Considérer le traitement des animaux dans les pratiques commerciales, souligner le respect de tous les êtres vivants et de leur rôle écologique.

Social: Favoriser des communautés équitables

Le 'S' dans ESG met l'accent sur les interactions d'une entreprise avec ses employés et ses communautés, soulignant l'importance des pratiques éthiques et équitables :

  • Conditions de travail éthiques : Aborder des problèmes critiques tels que l'esclavage et le travail des enfants, garantir des environnements de travail sûrs, respectueux et équitables.
  • Relations avec les communautés autochtones : Démontrer le respect et le soutien envers les communautés locales et autochtones, favoriser des engagements positifs et impactants.
  • Valeurs et éthique transparentes : Divulguer les valeurs de l'entreprise et les pratiques éthiques aux parties prenantes, garantissant ainsi l'alignement et la responsabilité.
  • Opérations en région de conflit : Évaluation et atténuation des impacts dans les zones touchées par un conflit, en mettant l'accent sur une présence et une implication éthiques.
  • Santé, sécurité et diversité : Respecter des normes strictes en matière de santé et de sécurité tout en favorisant la diversité et l'inclusion au sein de la main-d'œuvre.
  • Sécurité des données et confidentialité : Protéger les informations sensibles, reflétant l'importance croissante de la protection des données à l'ère numérique.
  • Engagement mondial : Comprendre et aborder les implications des événements géopolitiques, témoignant d'un engagement envers une citoyenneté mondiale responsable.

Gouvernance : Diriger avec responsabilité

Le 'G' dans ESG évalue la structure de gouvernance et les pratiques d'une entreprise, essentielles pour maintenir l'intégrité et favoriser la confiance des investisseurs :

  • Rétribution équitable des dirigeants : Garantir que la rémunération des dirigeants soit transparente, justifiée et alignée sur les objectifs et l'éthique globale de l'entreprise.
  • Égalité et équité : S'engager en faveur de l'équité entre les genres et des opportunités égales, favoriser une culture d'entreprise inclusive et équitable.
  • Lutte contre la corruption et la fraude : Maintien de normes élevées pour prévenir la corruption et la fraude, garantissant des transactions commerciales éthiques.
  • Contributions politiques et lobbying : Divulguer les dons politiques et les activités de lobbying, promouvoir la transparence et l'engagement politique éthique.
  • Leadership diversifié du conseil d'administration : Garantir la diversité du conseil d'administration et des structures de gouvernance solides, témoignant d'un engagement envers une surveillance globale et une orientation stratégique.
  • Pratiques fiscales responsables : Adopter des stratégies fiscales transparentes et équitables, contribuer de manière responsable aux ressources de la société.

En intégrant ces éléments dans leur rapport ESG, les organisations adhèrent aux principes de durabilité et d'éthique, renforçant ainsi la confiance et la crédibilité auprès des parties prenantes et établissant une base solide pour une croissance commerciale responsable à long terme.

Comment les entreprises peuvent-elles rendre compte avec succès de leur performance ESG ?

L'intégrité d'un processus de reporting ESG, basé sur l'exactitude et la transparence, est essentielle pour souligner l'engagement d'une entreprise envers la responsabilité d'entreprise et ses agendas de durabilité. En détaillant précisément leurs impacts et initiatives dans les domaines environnemental, social et de gouvernance, les entreprises peuvent renforcer la confiance des parties prenantes et souligner leur engagement envers une citoyenneté d'entreprise responsable.

Les entreprises peuvent suivre ces étapes pour la déclaration ESG afin de garantir que le processus repose sur l'exactitude et la transparence.

  1. Définition des objectifs : Définir des objectifs ESG réalisables en accord avec la direction stratégique de l'entreprise et les attentes des parties prenantes.
  2. Évaluation de la matérialité : Effectuer une évaluation approfondie de la matérialité afin d'identifier les problématiques ESG les plus importantes pour l'entreprise et ses parties prenantes.
  3. Engagement des parties prenantes : Impliquer les parties prenantes pour recueillir des informations et des perspectives sur les priorités ESG, afin d'améliorer la pertinence et la focalisation du processus de reporting.
  4. Collecte de données : Mettez en place des systèmes de collecte de données fiables et précises pour tous les aspects matériels identifiés, en veillant à une couverture complète des performances ESG.
  5. Analyse et comparaison : Analyser les données collectées pour évaluer les performances par rapport aux objectifs prédéfinis et aux références de l'industrie, en identifiant les domaines d'excellence et ceux nécessitant des améliorations.
  6. Intégration et divulgation : Intégrer les résultats dans les rapports d'entreprise, en veillant à ce que les informations ESG soient présentées de manière claire, cohérente et accessible, conformément aux normes de reporting et aux besoins des parties prenantes.
  7. Évaluation continue : Mettre en place un mécanisme d'évaluation continue et d'amélioration du processus de reporting ESG, en s'adaptant aux nouvelles connaissances, aux retours des parties prenantes et aux meilleures pratiques en évolution.

Cette approche structurée de reporting ESG permet aux entreprises de répondre aux exigences réglementaires et favorise les améliorations internes ainsi que l'alignement stratégique avec les objectifs de durabilité plus larges.

Pourquoi l'ESG est si important pour les entreprises ?

L'importance des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour les entreprises ne peut être surestimée, notamment dans un contexte où 90 % des entreprises du S&P 500 publient désormais des données ESG, témoignant de leur rôle essentiel dans les stratégies commerciales modernes. Cette évolution est soulignée par un marché croissant des investissements ESG, qui devrait atteindre 31 billions d'euros (33,9 billions de dollars) d'ici 2026, révélant un changement marqué dans les priorités des investisseurs en faveur de pratiques commerciales durables et responsables.

Voici pourquoi la déclaration ESG revêt une importance primordiale pour les entreprises modernes :

  • Répondre aux attentes des parties prenantes : L'OCDE a révélé que 83 % des consommateurs estiment que les entreprises devraient soutenir activement les meilleures pratiques ESG, et la communication transparente sur les ESG est en accord avec l'appel du public en faveur de la responsabilité et de la durabilité des entreprises.
  • Amélioration des relations avec les investisseurs : Étant donné que 89 % des investisseurs prennent en compte les critères ESG dans leur processus de décision, un reporting ESG complet fournit les informations nécessaires pour une compréhension approfondie et une confiance dans la valeur à long terme.
  • Réputation de marque renforcée : L'engagement envers les pratiques ESG résonne auprès de 88 % des consommateurs qui témoignent d'une fidélité accrue envers les entreprises qui défendent des causes sociales et environnementales, ce qui bénéficie considérablement à la perception de la marque.
  • Avantage concurrentiel accru : Alors que les investissements axés sur les critères ESG devraient atteindre 31 billions d'euros (33,9 billions de dollars) d'ici 2026, démontrer un leadership en matière d'ESG peut différencier les entreprises, renforçant ainsi leur attrait auprès des consommateurs et des investisseurs.
  • Gestion des risques : Une communication ESG efficace est cruciale pour identifier et traiter les risques, d'autant plus pertinente alors que les événements liés au climat devraient imposer 1,3 billion de dollars (1,2 billion d'euros) de coûts aux fournisseurs d'ici 2026, selon un rapport du Carbon Disclosure Project (CDP).
  • Accès au capital : Selon Deloitte, avec plus de 16,6 billions d'euros (18 billions de dollars) gérés dans des fonds axés sur l'ESG, les entreprises ayant de solides références en matière d'ESG ont plus de chances d'obtenir des investissements et du capital dans des conditions favorables.
  • Conformité réglementaire : Il est nécessaire de rester à jour des exigences réglementaires liées à l'ESG, comme en témoigne le fait que 88 % des entreprises publiques mettent déjà en place des initiatives ESG pour se conformer aux normes et attentes en constante évolution.

Les défis de la communication ESG

La mise en place de la déclaration ESG présente de nombreux défis pour les entreprises qui nécessitent une vision stratégique, une agilité opérationnelle et un engagement en faveur du changement. Bien que l'orientation vers les principes ESG soit claire, les entreprises rencontrent plusieurs obstacles.

  • Les silos internes de l'entreprise constituent un obstacle majeur, avec environ 24 % des entreprises identifiant les divisions internes comme des freins à la progression des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), comme le précise McKinsey. Ces silos peuvent entraver la circulation de l'information et la collaboration essentielles à la mise en place de stratégies ESG holistiques.
  • Équilibrer la croissance et les engagements ESG : Malgré la reconnaissance des avantages à long terme des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), 40 % des dirigeants ont besoin d'un soutien pour aligner ces initiatives sur les objectifs de croissance immédiate. Cette tension souligne la nécessité d'un équilibre stratégique soutenant le développement durable et l'expansion des entreprises.
  • Normes de déclaration incohérentes : Avec 37 % des dirigeants soulignant le manque de normes de déclaration ESG cohérentes, le défi de naviguer à travers des lignes directrices et des attentes diverses devient évident. Cette incohérence complique les efforts de communication des réalisations ESG de manière efficace.
  • Écart de données et de compétences : Environ 46 % des investisseurs citent l'absence de données ESG complètes comme un obstacle majeur, compliquant les décisions d'investissement et la formulation de stratégies. De plus, la rareté du personnel qualifié dans le secteur ESG, comme l'indiquent 37 % des émetteurs et investisseurs du marché, aggrave davantage le défi, soulignant un besoin critique de connaissances et d'expertise spécialisées.
  • Naviguer dans les préoccupations des investissements ESG : Les préoccupations concernant la performance, le risque de greenwashing et le besoin de plus de données reflètent les principaux défis en matière d'investissement. Ces facteurs soulignent la complexité de l'intégration des considérations ESG dans les stratégies d'investissement, exigeant une plus grande transparence et responsabilité.
  • Le besoin de normes mondiales : L'appel en faveur de normes mondiales unifiées et de lignes directrices de reporting, notamment parmi les investisseurs nord-américains et européens, met en évidence un défi plus large dans l'établissement d'un cadre cohérent de reporting et d'évaluation ESG.
  • Rôle actif des gestionnaires d'actifs : Un récent rapport de PWC a indiqué que 88 % des investisseurs institutionnels préconisent que les gestionnaires d'actifs soient plus proactifs dans le développement de produits axés sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). La pression sur les professionnels de la finance pour innover dans le domaine de l'ESG est évidente.

Ces défis nécessitent des entreprises de favoriser une culture d'adaptabilité, d'investir dans le développement des compétences ESG et de plaider en faveur de pratiques de reporting standardisées. Surmonter ces charges est un point critique pour garantir un reporting ESG cohérent. 

Quels sont les principaux cadres de reporting ESG ?

De nombreux cadres sont développés pour guider le processus de reporting ESG, chacun conçu pour améliorer la cohérence, la comparabilité et la fiabilité des informations divulguées. Ces protocoles jouent un rôle essentiel en guidant les entreprises à travers les complexités du reporting ESG et en garantissant que les parties prenantes puissent prendre des décisions éclairées sur la base de critères universellement compris. Les cadres de reporting ESG se concentrent sur les principes. Ils mettent l'accent sur les questions les plus importantes, telles que la structure et la collecte des données.

Même s'il n'existe pas de cadre unique de reporting ESG, il peut prendre du temps aux dirigeants pour choisir et se comparer à celui-ci. Voici les cadres de reporting ESG les plus courants que vos entreprises peuvent choisir parmi :

Initiative mondiale de reporting (GRI)

Ce cadre est le premier et le plus complet pour la communication sur la durabilité. Il propose un ensemble de normes universelles applicables à toute organisation, quelle que soit sa taille, son secteur d'activité ou son emplacement, en mettant l'accent sur les impacts matériels sur l'économie, l'environnement et la société.

Conseil des normes de comptabilité de durabilité (SASB)

Avec ses normes spécifiques à l'industrie, le SASB comble le fossé entre les entreprises et les investisseurs en se concentrant sur les informations sur la durabilité financière matérielle. Son outil de recherche de matérialité aide les entreprises à identifier les problèmes ESG pertinents et à améliorer la communication avec les investisseurs.

Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD)

Initialement créé pour mettre en évidence les risques financiers liés au climat, le TCFD passera aux Normes de divulgation de durabilité (SDS) sous l'égide de la Fondation IFRS d'ici juillet 2024. Ce changement vise à standardiser la déclaration des GES et à intégrer les considérations climatiques dans les stratégies commerciales et financières, reflétant l'importance croissante des questions climatiques dans la gouvernance d'entreprise.

Projet de divulgation du carbone (CDP)

Un système mondial de divulgation permet aux entreprises, villes, États et régions de mesurer et de gérer les impacts environnementaux. Il se concentre sur les émissions de carbone, la déforestation et l'utilisation de l'eau, incitant les entités à adopter une gestion environnementale responsable en exploitant l'intérêt des investisseurs et des consommateurs.

Initiative Science Based Targets (SBTi)

Répondant aux besoins du secteur privé, SBTi encourage les entreprises à fixer des objectifs climatiques basés sur la science, alignant ainsi leurs actions corporatives sur les objectifs de l'Accord de Paris. Ses voies sectorielles spécifiques offrent une feuille de route claire pour les entreprises de tous les secteurs. 

Pacte mondial des Nations unies (UNGC)

Cette initiative volontaire encourage les entreprises à adopter des politiques durables et socialement responsables, alignant leurs opérations sur dix principes universellement reconnus en matière de droits de l'homme et de lutte contre la corruption. 

Carbon Disclosure Standards Board (CDSB)

Spécialisée dans les rapports liés au climat, CDSB propose un cadre qui intègre les informations sur le changement climatique dans les rapports financiers courants, aidant les entreprises à divulguer les risques et opportunités climatiques matérielles. 

International Integrated Reporting Council (IIRC)

En favorisant l'intégration d'informations financières et non financières, l'IIRC aide les entreprises à articuler comment elles créent de la valeur dans le temps, favorisant une compréhension plus profonde de leur impact global.

Alors que de nombreux cadres semblent accablants, ils contribuent collectivement à orienter l'agenda mondial vers des pratiques commerciales plus durables et transparentes. En sélectionnant et en respectant les cadres les plus pertinents, les entreprises améliorent leurs rapports ESG, répondant ainsi aux attentes élevées des parties prenantes.

Quelles sont quelques-unes des normes de reporting ESG les plus courantes ?

Les normes de reporting ESG soutiennent le reporting ESG des entreprises de manière comparable, quel que soit leur secteur d'activité et leurs frontières. Ces normes fournissent un cadre permettant aux entreprises de rendre compte de leurs efforts et de leurs impacts en matière de durabilité, ce qui permet aux investisseurs, aux consommateurs et aux autres parties prenantes de prendre des décisions éclairées en fonction de la performance ESG d'une entreprise.

European Financial Reporting Advisory Group (EFRAG) Standards

EFRAG a élaboré ces normes pour soutenir la Directive de l'Union européenne sur la communication d'informations en matière de durabilité des entreprises (CSRD) promulguée en 2021. Elles mettent l'accent sur la durabilité en parallèle avec la communication financière, dans le but d'améliorer la clarté et la comparabilité des informations sur la durabilité sur le marché européen.

Normes de divulgation de durabilité IFRS

Introduites par l'International Sustainability Standards Board (ISSB), ces normes visent à harmoniser les rapports de durabilité à l'échelle mondiale. En se concentrant sur une comptabilité et une communication simplifiées, elles ont pour objectif de renforcer la transparence sur les marchés financiers, facilitant ainsi l'évaluation et la comparaison des performances en matière de durabilité des entreprises pour les investisseurs et les parties prenantes du monde entier.

Normes du Sustainability Accounting Standards Board (SASB)

Les normes SASB offrent une approche globale de la communication ESG, couvrant les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance. Elles complètent les normes IFRS en offrant des orientations détaillées adaptées à des secteurs spécifiques, ce qui aide les entreprises à identifier et à rendre compte des facteurs ESG qui sont pertinents pour leurs activités.

Ces normes, entre autres, jouent un rôle crucial dans la définition de l'avenir des actions de durabilité des entreprises, en orientant l'agenda mondial vers la décarbonation. En adhérant à ces directives, les entreprises démontrent leur engagement en faveur du développement durable et renforcent leur réputation et leur compétitivité à l'échelle mondiale.

Quelles sont les réglementations qui sous-tendent la déclaration ESG ?

Le reporting ESG est significativement influencé par diverses réglementations ESG et politiques promouvant la transparence, la responsabilité et les pratiques durables dans le monde de l'entreprise. Ces réglementations transforment les opérations des entreprises et établissent de nouvelles normes mondiales de responsabilité d'entreprise et de gestion environnementale.

Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD)

Cette directive représente une avancée significative par rapport à la Directive européenne sur la publication d'informations non financières (NFRD). Le CSRD élargit le champ d'application des entreprises tenues de divulguer leurs pratiques ESG, visant à obtenir des indicateurs ESG plus détaillés, fiables et comparables dans toute l'UE. Il souligne l'engagement de l'UE à prendre la tête de la durabilité et de la transparence des entreprises.

La déclaration simplifiée de l'énergie et de la comptabilité carbone (SECR) du Royaume-Uni :

Il vise à simplifier la comptabilité carbone et énergétique, en rendant obligatoire pour les grandes entreprises britanniques de rendre compte de leur consommation d'énergie, de leurs émissions de carbone et de leurs actions en matière d'efficacité énergétique dans leurs rapports annuels.

Règlement sur la taxonomie européenne

Une autre pièce maîtresse de la législation de l'Union européenne, le Règlement sur la taxonomie de l'UE, établit un système de classification des activités économiques durables sur le plan environnemental. Son objectif est de guider les investisseurs, les entreprises, les émetteurs et les promoteurs de projets dans la transition vers une économie durable à faible émission de carbone en définissant ce qui est considéré comme une activité durable sur le plan environnemental.

Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR)

Mis en place par l'Union européenne, le SFDR exige des participants aux marchés financiers et des conseillers financiers qu'ils divulguent aux investisseurs finaux des informations pertinentes sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). La réglementation vise à accroître la transparence dans l'intégration des risques et opportunités liés à la durabilité dans les décisions d'investissement et les recommandations, favorisant ainsi des pratiques d'investissement plus durables.

Ces réglementations ESG, telles que le CSRD et le SECR, illustrent l'approche multidimensionnelle adoptée à l'échelle mondiale pour promouvoir la communication et la transparence en matière d'ESG. En établissant des normes claires et des exigences en matière de divulgation ESG, ces réglementations visent à favoriser un changement systémique dans le comportement des entreprises en matière de durabilité et de gouvernance responsable, garantissant ainsi que les entreprises contribuent de manière positive aux objectifs sociétaux et à la préservation de l'environnement.

L'avenir de la communication ESG en 2024

Le paysage de la communication ESG connaît des transformations significatives, stimulées par l'innovation numérique, l'expansion réglementaire et l'évolution des exigences du marché. Voici un aperçu des changements décisifs qui façonnent l'avenir de la communication ESG :

La transformation numérique dans la déclaration ESG

  • Intégration technologique dans les flux de technologies numériques pour la collecte, l'analyse et la divulgation des données ESG. L'utilisation d'un logiciel ESG réduit les aspects fastidieux de la déclaration, permettant ainsi des mécanismes plus dynamiques, précis et efficaces.
  • Expansion de la divulgation obligatoire : La portée des divulgations obligatoires ESG s'élargit, touchant un éventail de plus en plus diversifié d'entreprises et signalant une tendance mondiale vers une transparence et une responsabilité accrues des entreprises.

Évolutions réglementaires et dynamiques du marché

  • Pression réglementaire accrue : Les juridictions du monde entier imposent la déclaration ESG à un éventail plus large d'entreprises, y compris les PME. Cela témoigne de l'engagement en faveur de la durabilité et de la responsabilité dans tous les secteurs d'activité.
  • Différenciation axée sur le marché : L'excellence en matière de reporting ESG devient un avantage concurrentiel. Les entreprises qui se distinguent par leur transparence et leur durabilité établissent de nouveaux repères, contribuant ainsi à l'agenda mondial de durabilité.

Prévisions pour la déclaration ESG

  • Intégration de la durabilité dans la finance : Fusionner la durabilité avec les stratégies financières devient primordial. Avec les directeurs financiers qui tiennent de plus en plus compte de l'impact du changement climatique sur les résultats économiques, le rôle des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans la prise de décision financière est en croissance. La création de postes de contrôleurs ESG souligne l'intégration des problématiques ESG dans les rapports financiers.
  • Le reporting du Scope 3 pour les entreprises privées : Sous l'impulsion de la Californie aux États-Unis et des réglementations de l'UE, les entreprises privées sont désormais sous pression pour améliorer leurs méthodes de comptabilité carbone, en particulier en ce qui concerne les émissions indirectes tout au long de la chaîne d'approvisionnement.
  • L'environnement ESG politisé : Au milieu d'un climat politique divisé, les entreprises sont confrontées au défi de naviguer entre les législations pro- et anti-ESG. Les stratégies peuvent impliquer la cartographie des parties prenantes et se concentrer sur des initiatives ESG spécifiques qui sont largement acceptables.
  • La biodiversité en tant que préoccupation majeure : L'attention portée à la perte de biodiversité et aux divulgations financières liées à la nature s'intensifie. Les gouvernements envisageant d'adopter les normes du Groupe de travail sur les divulgations financières liées à la nature (TNFD) témoignent d'un changement vers la reconnaissance et la communication des impacts et des risques liés à la nature.
  • Les chaînes d'approvisionnement en tant que points focaux ESG : De nouvelles lois et les attentes des parties prenantes poussent les entreprises à donner la priorité à l'approvisionnement éthique en matériaux et aux normes de travail équitables dans leurs chaînes d'approvisionnement. L'intersection des préoccupations environnementales et sociales devient de plus en plus importante.
  • Le greenwashing sous surveillance : Alors que les définitions légales du greenwashing deviennent plus claires, les entreprises sont confrontées à des risques accrus en termes de réputation, de réglementation et de litiges liés à des allégations trompeuses en matière de durabilité. Les efforts visant à lutter contre le greenwashing progressent, notamment dans l'UE, ce qui laisse entrevoir un environnement de reporting ESG plus responsable.

Une plus grande importance accordée à l'intégration technologique, à la conformité réglementaire et à l'alignement stratégique sur les objectifs de durabilité caractérise l'avenir de la communication ESG. Alors que les entreprises naviguent à travers ces changements, elles ont la possibilité d'améliorer leur efficacité opérationnelle et leur position sur le marché.

Commencez votre parcours de reporting ESG avec Plan A. Réservez une démonstration pour découvrir nos solutions de décarbonation et de comptabilité carbone et rendre compte de votre empreinte environnementale.

Mettez votre entreprise sur la voie du net-zéro.
Prenez rendez-vous avec nos experts en développement durable
Prendre contact